EMMANUEL BOVE

Né à Paris, le 20 avril 1898, d’un père russe, sans profession ni revenus définis, et d’une mère luxembourgeoise, Emmanuel Bove fait ses études à l’École alsacienne, rue d’Assas. Très jeune, alors que sa famille vit dans une situation difficile, il occupe divers emplois temporaires : conducteur de tramway, garçon de café, manœuvre chez Renault, chauffeur de taxi. Ces « petits métiers » sont autant d’expériences qui, plus tard, serviront à Bove de matière première pour l’élaboration de ses romans et nouvelles.

Dès l’adolescence, Bove décide qu’il sera romancier. Non pas romancier de l’imaginaire, mais d’une vie réelle qu’au lieu de décrire il va s’attacher à transposer, réinventer, intérioriser. « Il n’y a pas de sincérité possible si l’on se contente d’imiter la nature », affirmait-il. Bove écrit d’abord de nombreux romans populaires sous le pseudonyme de Jean Valois. « Un volume en dix, douze jours. Un travail absolument étranger à celui de l’écrivain. » En 1921, il s’installe en Autriche, espérant y trouver plus facilement un travail. C’est là qu’il commence Mes Amis, Armand, certaines nouvelles d’Henri Duchemin et ses ombres. Quand Mes Amis paraît en 1924, grâce à l’intervention de Colette, le livre connaît un succès immédiat et suscite l’estime. (Rilke le lit et souhaite rencontrer son auteur. Plus tard, Beckett avouera son admiration pour « le sens du détail touchant » qui caractérise cette œuvre.) Victor Bâton, le héros de Mes Amis, est le prototype du personnage bovien : c’est un homme d’une trentaine d’années qui vit seul, pauvrement, et voudrait rencontrer un ami. Cet être fragile, hypersensible, comme blessé d’être né, constate avec étonnement, voire incompréhension, les injustices de la vie mais ne songe pas à se révolter contre elles. Le réalisme très noir de Bove s’accompagne d’un psychologisme qui ne s’avoue pas : si le personnage bovien n’hésite pas à s’autoanalyser, il est rare qu’il en tire des enseignements concrets. Il semble plutôt se soumettre entièrement à une force extérieure, qu’on peut nommer l’Histoire, le Destin, ou encore l’Autre. Car, dans sa détresse, cet être naïf se tourne vers autrui, dont il attend réconfort et attention. En vain, bien sûr. La lucidité de Bove quant au genre humain est implacable : l’indifférence, la cruauté, la bassesse contre la douceur, l’autodérision, la mélancolie. Mais, dans cette lutte des forts contre les faibles, il n’est pas sûr que ce soient les premiers qui gagnent à tous les coups.

L’écriture de Bove est limpide, précise, sans fioritures. À son propos, on a pu parler d’un ton « parfaitement et paisiblement objectif ». Dans les livres eux-mêmes, les narrateurs racontent leur histoire comme à distance. Ce souci d’objectivité conduira Bove, dans La Dernière Nuit (écrit en 1927, publié en 1939), à décrire minutieusement un suicide que la « victime » ne contrôle plus. On retrouve là cette pression mystérieuse des événements qui finit toujours par emporter les personnages de Bove, malgré leurs tentatives de résistance.

L’œuvre d’Emmanuel Bove comprend une trentaine de titres, sans compter les inédits (comme Un homme qui savait, publié en 1985) ; elle se compose essentiellement de romans et de nouvelles, plus quelques contes et un bref Journal. Deux points sont à souligner : les mêmes personnages se retrouvent tout au long de l’œuvre, Bove ayant désiré bâtir un univers plutôt que faire se succéder des livres sans rapports entre eux. Second point frappant : la présence discrète de l’Histoire dans cette œuvre pourtant très sociale. C’est la solitude des individus qui intéressait avant tout Bove, même si, en témoin de son temps, il a croqué, ici ou là, de savoureuses « scènes de la vie quotidienne ».

Après avoir connu de son vivant le succès public, l’admiration de ses pairs et celle de la critique (il devait recevoir en 1929 le prix Figuière), Bove tomba, tout de suite après sa mort, dans l’oubli. Une politique de réédition, commencée dans les années 1970, a permis de le redécouvrir et de susciter un nouvel engouement pour son œuvre.

François POIRIÉ
Classification thématique

Écrivains français

Made with Padlet

A propos francisherin

toutes les informations sur le handicap pour les personnes handicapées et valides des reportages,des témoignages,des vidéos,des documentaires et bien d'autres informations très pertinentes sur d'autres sujets ! les animaux,les loisirs,la culture,les nouvelles technologies pour les personnes handicapées et valides. Une page tournée sur mon existence et une ouverture sur le monde. bienvenue sur l'espace perso de francis
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s